10 MOTS 10 SIGNES 10 PHOTOS POUR L’ARCHITECTURE – LYCÉE SEMBAT

10mots-sembat-25fev-1« Dix mots, dix signes, dix photos pour l’architecture »

Nouvelle édition pour la cordée de la réussite 2013, éditée en 2014, qui a réuni quinze jeunes : Alassane, Camille, Clémence, Florian, Linda, Louise, Mariama, Marine, Mélanie, Mélissa, Nicolas Pierre B. et Pierre N., Roland et Valentin. Mettre en place cette « cordée », cela suppose d’emmener dans l’aventure proviseur et enseignants, de réunir des lycéens malentendants et des étudiants de grande école pour une rencontre avec une photographe et une rédactrice avec lesquelles ils vont créer ensemble un livre sur un lieu architectural. Le lieu choisi cette année, et où nous avons élu domicile, est le lycée Marcel Sembat (1) ; lycée dont les différentes constructions évoquent les années « art déco » et les années « 2000 », l’ensemble étant un joli mélange et un lieu de vie agréable. Pilotés par les lycéens, nous avons arpenté les salles et les couloirs du lycée, dévalé les escaliers, déniché leurs lieux cachés, aperçu l’internat, montré notre visage aux ateliers mécanique et observé les toits végétalisés… Chacun a commenté ; avec ses mots, descriptifs ou sensitifs, intuitifs ou raisonnés pour finalement en retenir dix. Et le travail d’atelier a démarré ; dans un climat de « complicité », on a réfléchi sur les photos et sur les textes ; telles des petites abeilles, on a travaillé, fait, recommencé, avec plaisir, humeur et humour. Nos rencontres ont été des temps denses, où le sens – et ils en parlent ainsi – était «profond», «poétique » « magique », « un mélange d’expressions et de sensations de chacun qui provoque une ouverture d’esprit personnelle » sur « notre lieu de vie de tous les jours ». Pour Isabelle (2)  : « Quand se projette l’image des espaces photographiés sur leur corps, la photographie devient une empreinte, comme un tatouage indélébile qui se dessine et raconte l’histoire de leur rencontre de vie avec ce lieu ». Un remerciement à l’équipe du lycée qui s’est laissée bousculer par nos ateliers. Manuella (3) :« J’étais convaincue que notre établissement permettrait de délier l’imagination des jeunes. Je suis très fière d’eux. Merci à ceux qui les ont accompagnés » ; à Annick (4) qui a repris en main cette cordée : «L’ESIGELEC s’est engagée dans ce projet avec enthousiasme, en accord total avec la tradition humaniste de l’école. Pour les étudiants qui s’y sont impliqués, ce projet est un atout supplémentaire, enrichissement mutuel né de la diversité et d’une belle rencontre avec les jeunes malentendants ». En guise de conclusion, ces mots de Laurent Houssin (5) : « S’insérer dans le monde, c’est s’insérer dans son environnement proche, se l’approprier et le maîtriser. L’architecture du lycée Marcel Sembat, vaste lieu d’apprentissage, mais aussi lieu de vie pour plusieurs de nos élèves sourds internes, est au cœur du travail graphique réalisé dans le cadre de cette cordée. Les textes, variés, de qualité, quelquefois métaphysiques, témoignent de l’implication importante des élèves dans le projet. Qu’ils en soient félicités !» Bonne lecture !

Pour la rédaction, Christine Ternat

(1) Lycée de Sotteville-Les-Rouen, (2) Isabelle Lebon, photographe, (3) Manuella de Albuquerque, enseignante,  (4)  Annick Fouquet, ESIGLEC, (5) Laurent Houssin, proviseur adjoint du lycée Marcel Sembat.

PARTAGER SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX