En direct du Festival du Livre de jeunesse de Rouen 2016

15320303_1875267796093179_2146548101_nL’interview minute… de Jean Chandre

Samedi 3 décembre au festival du livre de jeunesse de Rouen à la halle aux toiles nous avons interviewé Jean Chandre un dessinateur de bande dessinée. Diplômé de l’école Emile Cohl de Lyon, il est présent pour la BD « Rouen, de Rougemare à jeanne d’arc ». Rencontre avec ce passionné de dessin…

Avez-vous toujours eu cette vocation ?

Oui, assez rapidement je dessinais pour le plaisir.

Quels genres de dessins faisiez-vous étant enfant ?

Je dessinais ce que la plupart des enfants dessinent donc le résultat n’était pas forcement là mais je savais que je voulais déjà faire de la bande dessinée

Travaillez- vous seul ou en équipe ?

Il m’arrive de travailler seul mais c’est rare car, la plupart du temps, le travail se fait en équipe  ; on est toujours en présence d’un scénariste( qui est la personne qui écrit l’histoire)  dont on tient compte. Sur une même planche, il peut y avoir plusieurs illustrateurs.

Vous est-il déjà arrivé de devoir imiter le style d’un de vos collègues ?

Non, imiter le style de quelqu’un n’est pas facile. On peut toujours s’en inspirer, mais pas entrer dans son monde. Chaque dessinateur a son coup de crayon.

Travaillez-vous pour une seule maison d’édition ?

Non car c’est difficile de gagner sa vie avec ce métier il faut donc accumuler les taches dans le métier (prof de dessins…). Et puis, travailler ailleurs permet de rencontrer du monde et cela ouvre des portes et nous fait travailler sur différentes choses cela évite de s’installer dans une routine.

Êtes-vous toujours aussi passionné ?

Oui de plus en plus, avec le temps cela se renforce mais j’ai moins le temps et cela me fruste. Et contrairement aux idées préconçues sur les dessinateurs, je ne suis pas toujours en train de dessiner.

De quoi vous inspirez-vous pour dessiner ?

Je me nourris d’autres arts, comme la danse pour voir le mouvement des personnages, le cinéma et la lecture.

Avez-vous des conseils à donner pour les passionnés comme vous ?

Oui, beaucoup de courage, de l’abnégation, un bon compte en banque au départ car il ne faut pas s’attendre à gagner beaucoup d’argents. C’est de plus en plus dur de vivre de la BD, du dessin oui mais pas de la BD, c’est pour cela que l’on est obligé de faire plusieurs choses à cotés.

Le défi… dessinez en 1min top chrono :

%c2%a8dessin

Propos recueillis par Rosemitha Pimont & Lucie Bakoua
 
PARTAGER SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX