Edito

Intelligence artificielle, exosquelettes, implants cérébraux, capacités physiques décuplées… Le progrès technologique est tel que certaines personnes s’imaginent repousser les limites de la vie. Elles demandent à être cryogénisées au moment de leur mort afin d’être « réveillées » ou « ressuscitées » quand la médecine sera en mesure de leur offrir une nouvelle vie dans plusieurs siècles. Inimaginable ? Farfelu ? Idées dignes des meilleurs scénarios de science-fiction ? Pas totalement. La recherche médicale, biologique et technologique permet de rendre possible ce qui était autrefois impossible et offre des perspectives formidables comme rendre la mobilité à une personne qui ne peut plus marcher. Homme augmenté ou homme réparé, de quoi parle-t-on exactement ? Nous plongeons dans le transhumanisme, courant de pensée qui vise l’amélioration de l’humain par les nouvelles technologies et dans lequel imagination et sciences sont étroitement liés. « LE TRANSHUMANISME EST MOINS UN DANGER QU’UN CHALLENGE », est un reportage réalisé par Laurine et Farid auprès de Robin Chaudron-Guillaume, actuellement en thèse de philosophie sur le Transhumanisme et le Nihilisme Médical. Pour mieux comprendre comment la recherche médicale procède pour réparer l’être humain et trouver les biomatériaux compatibles avec notre corps, Mathilde, Clément, Ludivine, Louisa, Matar et Dylan de la Mission Locale de Louviers, ont rencontré Béatrice Labat, Maître de conférences à l’Université de Rouen Normandie et chercheuse au laboratoire PBS CNRS UMR 6270, équipe BioMMAT, qui nous explique qu’actuellement, « DANS LA RECHERCHE DE BIOMATÉRIAUX, ON EST ENTRÉ DANS LA PHASE DU BIOMIMÉTISME ».

Et pour clore ce dossier, « C’EST TOUTE LA LIBERTÉ, BIEN AU-DELÀ DU LANGAGE », est un reportage qui réunit Louane Bourgeteau, 12 ans et utilisatrice d’une synthèse vocale à commande oculaire, Lilian Bourgeteau son frère et Lila Ledrait sa mère, entourés de Sylvie Le Bonniec, ergothérapeute, Charlotte Gibert, orthoptiste et Marie Terrier, orthophoniste. Ce témoignage à plusieurs voix illustre avec émotion l’amélioration du quotidien des personnes en situation de handicap lorsque les progrès technologiques sont mis dans les mains des professionnels de santé. Cet échange animé par Solène, Margot, Farid, Maëline et Laurine est porteur d’espoir et confirme les perspectives offertes par les nouvelles technologies dans le champ du handicap. 

Delphine Ensenat 

PARTAGER SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX